Au nord du massif de l’Aurès, Timgad offre à ses visiteurs le spectacle des vestiges d’une cité romaine militaire créée ex nihilo.

Fondée en l’an 100 par l’empereur romain Trajan, Timgad ou Colonia Marciana Traiana Thamugadi avait pour fonction première de servir de campement à la IIIe Légion Auguste, l’unique légion stationnée en Afrique romaine.

Parfait exemple de l’urbanisme romain, la cité classée en 1982 au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, est construite initialement selon des plans hippodamien. Ces derniers se caractérisent par un cardo (axe Nord-Sud) et un Decumanos (axe Ouest-Est) ainsi qu’une enceinte carrée.

Photo: George Steinmetz
Photo: George Steinmetz
Photo: Yann Arthus Bertrand
Photo: Yann Arthus Bertrand

Dès le second siècle, une croissance rapide de la cité eut cependant pour effet d’élargir le cadre des remparts de la ville et d’inclure des édifices publics romains majeurs tels des temples, des thermes ou encore un capitole. La popularité et la prospérité grandissante de Timgad, en particulier sous le règne des Sévères, s’explique par la volonté de présenter une image de la grandeur romaine en territoire numide, terrain de nombreuses batailles contre l’Empire romain.

Timgad Stele
Photo: gaijinrose – Timgad, Algeria

Les échanges culturels menèrent à la fusion des panthéons numides et romains comme en témoignent les stèles funèbres ornées de triades de divinités locales et romaines.

Le site devint progressivement le lieu de rencontre entre les différentes cultures et l’occasion pour Rome d’en faire un élément constitutif de la Pax romana. Ainsi, de nombreux membres issus de la population locale se sont joints à la Légion dans le but d’obtenir la citoyenneté romaine et de pouvoir habiter au sein de la cité pour vétérans.

Ce schéma d’assimilation des populations locales à l’empire eut pour résultat la montée au pouvoir d’une nouvelle classe de dirigeants africains à Timgad et d’autres villes romaines. Cinquante ans seulement après sa fondation, la majorité des habitants de la cité est composée de membres des populations locales.

Le succès du modèle romain de l’époque s’explique par la promotion de l’égalité entre citoyens romains et africains de l’empire qui se traduit entre autres par une division égalitaire et ordonnée des terrains.

Photo: Yann Arthus Bertrand
Photo: Yann Arthus Bertrand
Photo: Yann Arthus Bertrand
Photo: Yann Arthus Bertrand

Devenue le grenier de Rome grâce à sa production de blé, d’huile d’olive et de vins, Timgad présente une image concrète de la présence romaine de trois siècles en Afrique du Nord.

Photo: George Steinmetz

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire ici
Veuillez entrer votre nom ici