La vallée du M’zab située dans la wilaya de Ghardaïa est une région du nord du Sahara algérien avec une architecture et un modèle communautaire profondément marqués par le rite ibadite.

A près de 550 km au sud d’Alger se dressent les cinq ksour de la vallée du M’zab, patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982. La présence de ces villes fortifiées dans le désert remonte à la chute de l’empire Rostémide ibadite à partir du 10e siècle et à l’exil de la famille royale dans la région.

La Pentapole du M’zab comprend les ksour de Ghardaïa, de Bounoura, de Beni-Izguen, d’El Atteuf, de Melika, de Berriane, et d’El Guerrara. Chaque ville présente le modèle de maisons quasi-identiques minimalistes organisées en cercles concentriques autour d’une mosquée et d’un marché.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce modèle urbanistique n’est toutefois pas fortuit. Il puise en effet ses sources dans l’ibadisme, l’une des plus anciennes écoles islamiques et autrefois courant majoritaire du Maghreb central médiéval. L’ibadisme se caractérise alors par sa vision de la pratique du bien comme principe religieux fondamental, sa promotion de l’égalité entre tous et sa gestion communautaire des affaires de la cité.

Le paysage de la vallée du M’Zab, créé au xe siècle par les Ibadites autour de leurs cinq ksour, ou villages fortifiés, semble être resté intact. Simple, fonctionnelle et parfaitement adaptée à l’environnement, l’architecture du M’Zab a été conçue pour la vie en communauté, tout en respectant les structures familiales. C’est une source d’inspiration pour les urbanistes d’aujourd’hui.

 UNESCO

Ainsi, un conseil des sages nommé Azzaba détermine les modalités de la vie en société. Les règles inhérentes à la vie dans le M’zab comprennent notamment l’entraide à travers le concept de Touiza (volontariat pour le bien commun) qui permet la construction de maison pour tous les citoyens, ou encore l’égalité même dans le mariage avec la mise en place d’une unique cérémonie en groupe pendant une journée de l’année marquée par des festivités sans distinction de classe sociale.

L’urbanisme vernaculaire de la vallée du M’zab a la particularité d’intégrer les différentes fonctions de chaque édifice présent au sein d’un cadre cohérent dans le respect de l’ensemble social. Les ksour s’adaptent non seulement au climat aride, à la localisation du site avec notamment une mosquée présente au coeur du plus haut point du lieu mais également aux conditions sociales et aux croyances des habitants.

La Pentapole du M’zab a inspiré de nombreux architectes dont Le Corbusier, Ricardo Bofill, François Pouillon, Frank Lloyd Wright ou encore André Ravereau. Ce dernier résuma l’attrait qu’exerce le site par sa célèbre phrase:

Le Mzab est prestigieux sans intention de prestige

Photo: Yann Arthus-Bertrand – Ghardaïa

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire ici
Veuillez entrer votre nom ici