Au nord de l’Algérie se dresse sur un vieux rocher la ville des oulémas et du malouf arabo-andalous. Capitale de l’est du pays, Constantine est notamment célèbre pour ses ponts suspendus.

Constantine, de son nom antique Cirta, est l’une des plus anciennes cités méditerranéennes. Elle doit son nom à l’empereur romain Constantin 1er et s’établit sur un plateau rocheux à près de 650 mètres d’altitude isolé des régions environnantes par des gorges profondes.

constantine
Photo: mariusz kluzniak

Située entre le Tell et les Hauts Plateaux, elle est entourée à l’est et au nord par l’oued Rhumel, l’isolant des djebels Ouahch et Sidi Mcid et à l’ouest par le bassin d’El Hamma.

The Triumph of Neptune and Amphitrite
« Triomphe de Neptune et Amphitrite », mosaïque romaine de Constantine, exposée au Louvre (315-325 ap. J.-C.) Photo: Ghirlandajo

Le royaume de Cirta 

Capitale du royaume de Numidie à partir du règne de Massinissa fils de Gaïa, Cirta est fondée au VIème  siècle av. J.-C. au bord d’une falaise dans un souci de défense militaire, à l’instar des villes de Jijel ou Collo.

Elle est l’objet de nombreuses invasions romaines et est annexée pour devenir une principauté autonome : Colonia Cirta Sittianorum.

Suite à sa destruction au début du IVème  siècle, elle est reconstruite par Constantin 1er, sous le nom de Civitas Constantina Cirtensium. Elle abrite en 412 le lieu d’un concile chrétien dirigé par Saint Augustin.

La ville de Constantine est bâtie sur le site du royaume et renferme de nombreux vestiges antiques.

La cité suspendue

La localisation unique de Constantine s’est traduite par la construction de nombreux ponts tout au long de son histoire dans le but de désenclaver la ville. Les différents ponts ont alors la particularité de se dresser au dessus de l’oued Rhumel, qui draine les plaines constantinoises et représente le plus important cours d’eau de la région.

Le pont El-Kantara

pont-el-kantara-constantine
Photo: Algérie Monde

Le pont d’El-Kantara est le premier pont comportant un aqueduc à siphon construit sous domination romaine. Sur ses vestiges, le gouverneur du Constantinois Salah Bey fait restaurer le pont en 1792 sous la direction de l’architecte maltais Bartolomeo. Il subit subséquemment aux campagnes militaires française en Algérie de nombreuses modifications et est remanié en 1951.

Les ponts de Sidi M’Cid et de Sidi Rached

sidi-mcid
Photo: Brahim Ait-ouarab
sidi-rached
Photo: Pichugin Dmitry

Les ponts de Sidi M’Cid et de Sidi Rached inaugurés en 1912 traversent les gorges du Rhumel et doivent leur nom aux mausolées voisins des marabouts du même nom. Le pont Sidi Rached est lors de sa construction le plus haut pont en maçonnerie au monde.

Le pont du diable

Le pont du diable doit son nom au bruit infernal que le cours d’eau pénétrant dans les gorges fait entendre. Il est construit durant la période des beyliks ottomans et est exclusivement emprunté par les piétons.

La passerelle Mellah-Slimane

La passerelle Mellah-Slimane est construite entre 1917 et 1925. Située entre les ponts Sidi Rached et El-Kantara, elle relie le quartier de la gare au centre-ville de Constantine et est accessible grâce à un ascenseur lui conférant le surnom de « passerelle de l’ascenseur ».

Le pont des chutes

Le Pont des Chutes est achevé en 1925 et marque le début du chemin des Touristes qui finit le long du pont du diable. Il relie la rive droite à la rive gauche du Rhumel et est un pont routier en arc.

Le pont Salah Bey

pont-salah-bey
Photo: SkyCam Algerie

Le pont Salah Bey ou viaduc Trans-Rhumer est inauguré en 2014. Baptisé au nom du gouverneur de Constantine au pouvoir de 1771 à 1792, il permet de lier au dessus du Rhumel la place de l’ONU dans le centre-ville et les hauteurs de Constantine.

Photo: Mariusz Kluzniak

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire ici
Veuillez entrer votre nom ici