Socialement engagé depuis ses débuts à la fin des années 1980, le rap algérien, bien que politiquement marginalisé, s’est graduellement imposé pour devenir un genre incontournable de la scène musicale du pays.

L’émergence du rap algérien est un phénomène récent. Il fait ses débuts en 1985 avec le morceau « Jawla Fellil » de Hamidou et se caractérise par un dynamisme et une popularité grandissante au sein d’un public algérien jeune dans un contexte de mondialisation culturelle.
Vecteur d’une éthique de justice pour l’égalité sociale, ce mode d’expression a profondément été façonné par la période de troubles sociaux et politiques qu’a connu l’Algérie à la fin des années 1980 et durant les années 1990.
C’est ainsi que se créent les tous premiers groupes de rap du pays dont Intik, Hamma Boys, Deep Voice ou encore MBS (Le micro brise le silence) dans le climat de terreur et d’incertitude de la décennie noire. Ils ouvrent la voie à de nombreux autres groupes dans les quatre coins du pays tels K2C, Double Kanon, BAM (Brigade anti-massacres), D Men, K Libre, Mana, BTR, City 16, RapAttack, HDF, Two Pass, TOC et Raprocket.
 
Un genre engagé
Le rap algérien est revendicateur et protestataire. Il se réapproprie un genre étranger en utilisant des référants et dialectes locaux afin d’évoquer le malaise de la jeunesse algérienne et de dénoncer les abus de pouvoirs.

Le premier album de rap algérien, intitulé « Ouled El Bahdja » (Les enfants de la radieuse, en référence à la ville d’Alger), sort en 1997 sous la plume du groupe MBS. L’album connait un succès sans précédent et est suivi peu de temps après pendant l’année par l’album du groupe Double Kanon, « Kamikaz ».

L’album narre le quotidien de la jeunesse et marque les débuts d’un étudiant en génie géologique qui deviendra l’un des pionniers du hip hop nord-africain, Lotfi Double Kanon.

La popularisation du genre permet la multiplication des opportunités de promotion et de diffusion via la radio, la télévision ainsi que les concerts et festivals dans le pays. Ce dynamisme permet l’apparition de nombreux nouveaux rappeurs et groupes tels K2C, Dirty16Prod, Intik Prod, Karim OSM, Africa Jungle, Desert Boys, Cause Toujours, Secteur H, Talisman, Zenka Resistance, LAX, South Crew, Azzou HK, Hood Killer et Karim ElGang.

lax
Photo : LAX / LADJA Double A et KDR

La popularité grandissante du rap dans le pays n’a pas diminué l’engagement de ses plumes. Ainsi, le groupe Desert Boys originaire de Ain Salah dans le sud algérien composé d’étudiants et de diplômés du quartier El-Mourabitine utilise le rap dans le but de transmettre des messages à caractère social et politique au niveau local et national. En janvier 2015, le groupe sort le morceau « Makach li radi » (Personne n’accepte ça), en opposition à l’exploitation du gaz de schiste dans un contexte de mobilisation massive. Ils signent « Samidoune » (Résistants) en mars en collaboration avec le rappeur Lotfi Double Kanon pour exprimer leur solidarité avec les manifestants écologistes.

desert-boys
Photo: Desert Boys

Bien que relativement jeune, le rap algérien présente une maturité issue du contexte difficile de la décennie de violence des années 1990. En cela, il est similaire au Raï, un genre plus ancien mais profondément contestataire et façonné par l’environnement hostile de la décennie noire. Dans les deux cas, l’intérêt du public permet d’imposer en tant que genre incontournable un registre politiquement marginalisé.

Photo: Africa Jungle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire ici
Veuillez entrer votre nom ici