Profondément engagée, Zohra Bensemra utilise son appareil en tant qu’outil de témoignage des bouleversements historiques auxquels elle assiste.

Bien que la profession de photojournaliste demeure globalement majoritairement masculine, de nombreuses femmes se sont cependant fait une place au sein du métier. Présentes sur de nombreux fronts pour relater les effrois de la guerre, les atteintes aux droits humains ou encore documenter les bouleversements historiques traversés par diverses sociétés, elles offrent à travers chaque image une fenêtre vers des zones ou sujets souvent difficilement accessibles.

Le photojournalisme engagé de Zohra Bensemra ne contrevient pas à la règle. Née à Alger, c’est à l’âge de 24 ans suite à un attentat dans la capitale en 1995 qu’elle décide de montrer la souffrance engendrée par la guerre avec son appareil. Elle faisait à l’époque partie de l’équipe du journal El Watan et avait pris en photo la scène des lieux ravagés par une bombe, une image représentative de la décennie de violence des années 1990 dans le pays.

Photo : Zohra Bensemra pour Reuters, Afghanistan

« Les missions qui m’intéressent le plus sont liées aux questions humanitaires et les histoires qui touchent aux luttes des personnes pour leurs citoyennetés et leurs droits contre ceux qui veulent les dominer. »

Zohra Bensemra pour Reuters

Elle rejoint Reuters en 1997 et se rend dans différentes zones de conflit dont la Serbie, la Macédoine, la Syrie, la Libye, le Soudan, l’Afghanistan, l’Irak, l’Égypte, le Pakistan et la Somalie. Elle couvre de nombreux sujets dont les transitions politiques et la situation des droits des femmes. Qu’il s’agisse de suivre l’évolution du Printemps arabe en Tunisie, de relater les ravages de la guerre en Libye ou de dresser le portrait d’une jeune femme pilote de chasse au Pakistan, la photojournaliste est au coeur de l’action, avec pour objectif que ses images puissent un jour apporter un changement.

Mes images sont généralement prises dans des pays souffrant d’un conflit interne, qu’il soit social, économique, ou humanitaire. Quand je prends une photo, ma première préoccupation est d’illustrer l’événement tel qu’il apparait devant moi. Je veux promouvoir une meilleure compréhension du conflit pour pousser ceux qui en ont le pouvoir à améliorer la situation et à trouver une solution au problème. 

Zohra Bensemra pour Reuters

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Zohra Bensemra se voit décerner en 2005 le prix de l’Union européenne pour le meilleur travail de photographie de presse ou de reportage lors des 6e Rencontres africaines de la photographie. Profondément engagée, elle utilise son appareil en tant qu’outil de témoignage des bouleversements historiques auxquels elle assiste.

Photo : Zohra Bensemra pour Reuters, Mosul (Iraq)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire ici
Veuillez entrer votre nom ici